La reconstruction du sein par expandeur

Prothèse temporaire en préparation d’une reconstruction mammaire

L’expandeur est une prothèse remplie d’eau, dont on peut augmenter progressivement le volume pour étirer la peau. Il s’agit d’une prothèse provisoire.

Lorsque la quantité de peau n’est pas suffisante pour permettre une reconstruction mammaire, ou que la peau est trop fragile pour positionner la prothèse définitive d’emblée, on va utiliser un expandeur pour distendre la peau progressivement.

L’expandeur est constitué d’une valve interne (dans l’épaisseur de sa membrane) ou à distance (connecté à la prothèse par un petit tube). L’expandeur peut ainsi être gonflé progressivement en injectant de l’eau à travers de sa valve en 2 à 5 séances.

Le gonflage de l’expandeur est totalement indolore et se fait par le chirurgien en consultation.

Cette phase ne constitue que l’un des temps de la reconstruction mammaire complète. Elle sera suivie d’une autre technique que vous aurez choisie avec votre chirurgien pour obtenir le résultat définitif.

Cette technique nécessite plusieurs interventions

1ere intervention :

L’expandeur est inséré sous la peau, et parfois le muscle de la poitrine (muscle pectoral) par le chirurgien sous anesthésie générale.
Cette opération nécessite une hospitalisation d’un à plusieurs jours.

Le gonflage progressif de l’expandeur :

Le gonflement de l’expandeur s’effectue grâce à une valve située sur le côté du sein et commencera dès la première intervention par une injection d’une petite quantité de serum physiologique.

Il existe peu ou pas de volume mammaire après la première intervention. Il faudra attendre les visites successives (environ toutes les semaines pendant plusieurs mois), pendant lesquelles le chirurgien injecte progressivement du sérum physiologique, pour finir par obtenir un volume équivalent ou légèrement supérieur à l’autre sein (sein controlatéral).

Remplacement de l’expandeur par une prothèse définitive ou recours à une autre technique de reconstruction avec vos propres tissus :

Quand la quantité de peau est satisfaisante (volume d’expansion tissulaire), le chirurgien va intervenir à nouveau pour introduire la prothèse définitive ou procéder à la reconstruction mammaire par une technique utilisant vos propres tissus (technique autologue).

L’autre sein (sein contro-latéral) bénéficie parfois d’une correction soit de son volume soit de sa hauteur pour obtenir une poitrine harmonieuse. On appelle cette intervention la « symétrisation ».

La reconstruction de l’aréole et du mamelon sera réalisée à distance si vous le souhaitez.

Télécharger la fiche explicative pour l’avoir avec soi

A savoir :

Tabac Le tabac doit impérativement être arrêté un mois minimum avant l’intervention. Et ne plus fumer après.
Douleur La douleur ressentie est très variable d’une personne à l’autre, mais elle est généralement modérée, et à forte soulagée par des antalgiques adaptés.
Signes d’alerte en cas de complications Tout évènement qui vous inquiète doit vous faire contacter votre médecin traitant ou votre chirurgien. De façon classique, une fièvre > 38,5 °C, des saignements anormaux ou un hématome, des douleurs importantes, ou des problèmes sur les cicatrices des incisions doivent vous faire contacter un médecin (écoulement purulent ou coloration noire de la peau en regard de la prothèse).
Vidéos à regarder

Vous allez quitter le site mereconstruire.fr pour visionner ce contenu vidéo.

Institut Gustave Roussy– Conférence-Débat sur la reconstruction mammaire
https://youtu.be/iryYEEif7Ko

Lors d’une conférence d’information destinée aux patientes, Nicolas Leymarie, chirurgien plasticien spécialisé en reconstruction mammaire à l’Institut Gustave Roussy (Villejuif) explique les différentes étapes de la reconstruction et les différentes techniques chirurgicales.

Tous les textes rédigés sur les techniques chirurgicales ont été relus par des chirurgiens spécialisés en reconstruction mammaire et les associations de patientes Jeune et Rose et Vivre Comme Avant.

Références :
SOFCPRE : site internet – fiches d’information