Autres lambeaux

Les lambeaux sont des tissus (peau, graisse et parfois muscle) prélevés sur une région du corps et déplacés vers le sein avec leurs propres vaisseaux nourriciers. Il s’agit de reconstructions « autologues », avec vos propres tissus.

Ces techniques avec d’autres lambeaux que ceux du ventre ou du dos sont considérées comme des alternatives possibles pour certaines femmes dont la morphologie, ou les contraintes médicales, ou liées à la radiothérapie ou esthétiques liées aux autres techniques, ne permettent pas le recours aux implants ou au DIEP par exemple.

Dans certains cas, il est possible de reconstruire votre sein grâce à des tissus vous appartenant, prélevés sur les fesses, les cuisses ou la région lombaire. 

Ces lambeaux sont des lambeaux libres, c’est-à-dire qu’on prélève les tissus  et leurs vaisseaux nourriciers puis on les reconnecte aux vaisseaux du thorax.

Les lambeaux libres impliquent le recours à la microchirurgie donc à des chirurgiens aguerris à ces techniques.

Ils sont prélevés :

  • au niveau de la fesse : les lambeaux perforants fessiers de « SGAP », « IGAP » en fonction de l’endroit où on prélève sur le haut ou le bas de la fesse,
  • au niveau de de la cuisse : le lambeau de « PAP » et le lambeau de Gracilis à la face interne de la cuisse, le lambeau perforant de fascia lata à la face externe de la cuisse.
  •  au niveau de la région lombaire : le lambeau perforant lombaire ou « LAP »

Ils sont constitués de peau et graisse pour les lambeaux perforants fessiers, des cuisses ou lombaires et d’une partie du muscle de l’intérieur de la cuisse pour le lambeau de Gracilis.

Télécharger la fiche explicative pour l’avoir avec soi

A savoir – Ces techniques sont prises en charge par la Sécurité Sociale, même si un code spécifique CCAM n’existe pas encore
– Le tabac doit impérativement être arrêté un mois minimum avant l’intervention. Et il ne faut plus fumer après l’intervention. 
– Une reconstruction du sein ne modifie pas la surveillance cancérologique et n’augmente pas le risque de récidive.
– Ces techniques nécessitent une chirurgie fine et l’équipe soignante doit être aguerrie. Elle n’est pas réalisée partout en France et seuls certains centres/chirurgiens la pratiquent. 
– Ces techniques de reconstruction sont réalisées sous anesthésie générale, avec une hospitalisation d’une durée variable en fonction de la technique utilisée.

Le sein reconstruit avec vos propres tissus aura un rendu esthétique naturel. Il sera souple, chaud et sensible car il sera constitué de vos propres tissus. La reconstruction par lambeau est une reconstruction définitive qui va vieillir avec vous et ne nécessitera probablement pas d’autre intervention.

Quelle morphologie ? La majorité des femmes peuvent bénéficier de ces techniques, quelle que soit la taille du sein.
Cicatrices Cicatrice au niveau du prélèvement (fesse, cuisse ou région lombaire)
Résultat Le sein reconstruit a un aspect visuel et au toucher naturel. Le résultat esthétique est durable. Le sein retrouvera partiellement une sensibilité en quelques années.
Sites internet pour en savoir plus  DIEP asso : https://www.diep-asso.fr/
Réseau canadien du cancer du sein : https://www.cbcn.ca/fr/autologous-reconstruction#3159tab6
Vidéos à regarder

Vous allez quitter le site mereconstruire.fr pour visionner ce contenu vidéo.

Institut Gustave Roussy – Conférence-Débat sur la reconstruction mammaire
https://youtu.be/iryYEEif7Ko
Lors d’une conférence d’information destinée aux patientes, Nicolas Leymarie, chirurgien plasticien spécialisé en reconstruction mammaire à l’Institut Gustave Roussy à Villejuif explique les différentes étapes de la reconstruction et les différentes techniques chirurgicales. 

Tous les textes rédigés sur les techniques chirurgicales ont été relus par des chirurgiens spécialisés en reconstruction mammaire et les associations de patientes Jeune et Rose et Vivre Comme Avant.

Références :

  1. HAS – rapport janvier 2020 sur les techniques de reconstructions mammaires autologues alternatives aux implants mammaires